Syvadec : « même s’il reste encore à faire, l’essentiel est construit. »

Vous avez présidé le Syvadec depuis sa création en 2007. Quel bilan tirez-vous de votre action ?
Depuis 2007 nous avons parcouru un chemin considérable. A l’époque le tableau était sombre : chacun était isolé dans son territoire sans moyens d’action, les équipements de base et les compétences humaines faisaient défaut, le recyclage était embryonnaire et la Corse était constellée de décharges sauvages. En quelques années, nous avons réussi à rassembler toutes les collectivités, à résorber les décharges, et fait ce qu’il fallait pour que tous les déchets soient traités dans le respect des normes sanitaires. Nous avons recruté des équipes compétentes, auxquelles je rends hommage, créé plus de 30 équipements de gestion dans toute la Corse et l’année dernière nous avons inauguré la 18me filière de recyclage ! Je suis très fier de cette action car, même s’il reste encore à faire, l’essentiel est construit.

2/ Vous n’êtes pas en mesure de briguer un nouveau mandat du fait des résultats des urnes des dernières municipales. Quel sentiment cela vous inspire ?
Je resterai attentif à l’avenir du Syvadec mais je dois avouer que je ne comptais pas briguer de nouveau mandat. Après une si longue période il est bon que d’autres élus s’y investissent.

Y-a-t-il des projets que vous auriez souhaité mener à leur terme au Syvadec ?
Quand on gère les affaires publiques on ne termine jamais sa mission. Ce qui m’a guidé, c’est le maintien de l’unité politique de la structure en dépit des controverses avec l’objectif de mettre en route un plan cohérent et réaliste en accord avec la Collectivité de Corse. C’est désormais chose faite. Je laisse à mon successeur le soin de le mettre en œuvre en espérant qu’il y parviendra avec moins de tracasseries que moi.
4/ Cette structure et vous en tant que président avez essuyé les critiques d’élus dont certains ont demandé la dissolution du syndicat. D’autres préconisent un changement de ces statuts. Que répondez-vous à ces remontrances ? Comment avez-vous vécu tout cela ?
On peut toujours réfléchir à un nouveau cadre institutionnel mais on n’est jamais assuré d’un meilleur résultat et d’une efficacité accrue. Les contre-exemples sont légion à commencer par la collectivité unique dont on peut se demander si elle est un progrès. Les critiques sont toujours utiles, mais elles ne m’ont pas fait changer de point de vue : la Corse ne pourra se mettre à niveau qu’avec une gestion consensuelle du Syvadec.

La Corse est confrontée, depuis plusieurs années, à une problématique aigüe en termes de traitement des déchets ménagers et a même traversé des crises majeures. Le site de Prunelli di Fiumorbu ferme à nouveau partiellement ses portes à compter du 22 août. L’île est toujours dans l’attente d’une solution pérenne. Le collectif Zeru Frasu parle, quant à lui, de « retard chronique ». Que répondez-vous ?
En 2007 la Corse avait 10 à 15 ans de retard dans le domaine de la gestion des déchets et la France était sous le coup d’une condamnation à une forte amende de l’Union Européenne. Huit ans plus tard, en 2015, nous disposions de 15 à 20 années de capacités de stockage qui faisaient consensus et le tri sélectif se développait rapidement avec la création des communautés de communes. Les manipulations politiques orchestrées au plus haut niveau ont brisé ce consensus et nous sommes entrés dans une période de crise chronique. Cinq ans plus tard, nous sommes à nouveau tous d’accord, y compris ceux qui combattaient le prétendu « tout stockage », pour recréer les capacités de stockage car elles sont indispensables. Je n’ai pas d’amertume, mais je me dis : que de temps et d’agent perdu pour la Corse et les Corses !

Des progrès ont certes été faits en matière de tri des déchets, des communes ou des intercos montrent l’exemple. Mais Il reste encore un long chemin à parcourir pour que la Corse se hisse au niveau d’autres régions. Pourquoi ?
La Corse gagne du terrain rapidement et aujourd’hui elle valorise globalement 36,7% de ses déchets. A ce rythme nous rejoindrons très vite le niveau de tri de la moyenne des autres régions touristiques, ce qui est une belle performance. A Bastia nous avons fait mieux encore avec 42,4% de valorisation et j’en suis très fier car c’est un dossier sur lequel je me suis beaucoup investi avec mes collègues et les services dont je salue le travail.

Le Syvadec a lancé des projets notamment la réalisation d’ici quelques années de deux usines de prétraitement des déchets, l’une à Ajaccio et l’autre Monte. Selon, vous, cela suffira, avec les infrastructures existantes, à résoudre la problématique des déchets ?
Ce sont des équipements indispensables dont je précise qu’ils sont prévus au plan d’action de 2018 de la CDC et qu’ils font l’unanimité dans les instances du Syvadec. Ces équipements vont compléter notre dispositif de valorisation et ramener l’enfouissement à moins de 30%, ce qui, je l’espère, rendra plus facile l’acceptation des futurs centres d’enfouissements.

Ce mardi, a lieu l’élection du nouveau président du Syvadec avec deux candidats en lice. On sent qu’il y a des enjeux notamment politiques derrière ce scrutin. Comment vous positionnez-vous ?
Que la démocratie s’exprime, cela me paraît sain. En revanche, je ne pourrais que déplorer une politisation de l’outil, car il doit rester l’instrument de toutes les communautés de communes et d’agglomérations par-delà les sensibilités politiques. Au cours de ces 13 années nous avons adopté nos délibérations à l’unanimité à de très rares exceptions près. Cette cohésion sera plus que nécessaire dans les années à venir.

Qu’attendez-vous de la nouvelle mandature du syndicat ?
Qu’elle soit un long fleuve tranquille pour son président ! Cela voudra dire que l’esprit de responsabilité sera enfin de mise dans l’île, que les élus de chaque territoire auront fait encore plus d’efforts pour le tri et que les citoyens auront tous mesuré combien chaque petit geste de tri qu’ils font chez eux sont essentiels.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s